La vermifugation régulière de vos animaux est un geste essentiel : elle permet, non seulement, de préserver la santé de vos compagnons en les protégeant des divers parasites digestifs qui peuvent les infester mais également de protéger votre famille contre certaines maladies occasionnées par les vers et transmissibles à l'homme.

 QUELLES SORTES DE VERS PEUVENT PARASITER MON ANIMAL? 

 

De nombreux vers peuvent coloniser l’intestin des jeunes animaux ou des animaux adultes.

Il est parfois possible de repérer leur présence.

Deux types de vers sont rencontrés : les vers "ronds" et les vers "plats"


Les vers ronds

 

  • Les ascaris

 

Les ascaris sont des vers ronds, semblables à des spaghettis, de couleur blanc jaunâtre, longs de 5 à 10 cm ; ce sont les plus fréquemment rencontrés.

Chez le chien ou le chat, leur présence peut entraîner une alternance de diarrhée et de constipation, une perte d'appétit ou, au contraire, une augmentation de l'appétit pour compenser le déficit nutritionnel dû à l'infestation, des vomissements, une perte de poids ou encore des troubles respiratoires ou des occlusions intestinales (en particulier chez le jeune)

 

Leur présence chez l'adulte peut, par contre, parfois passer inaperçue, d’où l’importance de vermifuger votre animal même à titre préventif 

  • Les ankylostomes

Ce sont des vers de 5 à 10 mm de longueur qui se fixent aux parois de l’intestin grêle et se nourrissent de sang. Une diarrhée noirâtre ou une anémie constituent un signe d’alerte qui doit inciter le maître à consulter le vétérinaire sans attendre.

  • Les trichures

Il s’agit de vers de 4 cm de longueur en moyenne que l’animal peut ingérer par léchage et qui se logent dans le gros intestin et le caecum. Ils sont à l’origine de diarrhées avec parfois présence de sang.



Les vers plats

Dipylidium caninum

Le Dipylidium caninum (ténia) est le plus répandu des vers plats.

Le maître peut repérer dans les selles de son animal des anneaux du ver qui font penser à des grains de riz aplatis.

Une diarrhée chronique, un amaigrissement ou un manque d’appétit peut faire soupçonner leur présence en grand nombre.

 

- Les puces ou les poux sont en général les vecteurs de ce type de vers, d’où l’importance de traiter correctement son animal contre les parasites externes.

- Les ténias peuvent être également transmis par la viande de certains animaux (porc, mouton, lapin…).

 

 QUELS RISQUES POUR L'HUMAIN?

 

La transmission à l’homme de certains parasites digestifs du chat et du chien est possible et se fait par ingestion d’œufs microscopiques présents dans l’environnement immédiat. 


L’enfant : une cible privilégiée


L'enfant qui, sur le plan psychologique mais aussi physique et comportemental, est très proche de son animal familier devient la cible privilégiée de ces parasites intestinaux :

Il caresse son chat  en suçant son pouce. Il partage son doudou avec son chien. Il lui donne à manger du bout des doigts en cachette sous la table quand il ne va pas explorer directement sa gamelle. Et lorsqu’il est dans un jardin ou lorsqu’il joue dans le sable, il gratte la terre ou modèle son pâté de sable avant de mettre ses doigts dans la bouche. 

Autant de modes de contamination par ingestion accidentelle des œufs :

- déposés via les déjections des animaux non vermifugés dans la terre et le sable

- ou transportés par léchage de leur langue à leur pelage, leur gamelle, leur jouet ou encore celui des enfants avec lequel ils jouent.