Le cheval est un athlète dont toute l'anatomie est conçue pour la course .

Sa capacité pulmonaire est très importante ,et il est capable de courir vite et longtemps, surtout s'il es t bien entrainé.

Dans la nature ,le cheval doit pouvoir utiliser ses capacités physiques pour lutter contre les attaques de prédateurs :il est capable de sauter par dessus des rivières ,des troncs d'arbres jusqu'à ce que l'ennemi soit suffisamment distancé .Ce cheval "naturel" n'existe plus guère dans nos régions car les conditions d'élevage et d'utilisation ont bien changé.

La vie du cheval en centre équestre, est certainement très confortable pour le propriétaire qui a ainsi, toujours un cheval ,propre et prêt à l'emploi, mais cet animal n'a pas été ,a l'origine conçu pour cette vie.

Le confort est un agrément auquel on arrive assez rapidement à s'adapter et le cheval a suivi les modalités de vie contemporaines.

S'il est désormais, élevé dans un cocon très confortable, il serait difficile de le mettre dans les conditions précaires hivernales sans une bonne transition.

La chaleur du box ,la douceur des couvertures (indispensable car il est tondu pour les besoins de son utilisateur)deviennent dès lors indispensable.

Cependant cette vie de confort et de sédentarité entraine ,un risque pathologique majeur :la maladie respiratoire.

 

On a tendance à dire ou a entendre dire :mon cheval fait de l'emphysème.

J'aurais tendance à dire que le cheval est ,,en train de "fabriquer "de l'emphysème.

Je m'explique :lorsque le cheval se trouve enfermé et confronté a de nombreuses sources d'irritation bronchique ,il se met à tousser .

Sa capacité respiratoire étant très importante ,en cas d'irritation nasale ,il tousse avec violence.

Souvent, au départ, il ne s'agit, que d'une irritation due aux multiples agressions physiques et chimiques qu'il subit dans son box ou dans son environnement proche,(poussières de foin ,de paille, odeurs d'ammoniac dues à l'urine et aux diverses déjections.

En extérieur ,même si c'est plus rare ,cela peut se voir lors d'un environnement auquel le cheval sera particulièrement sensible: fanage du foin ou nombreux champs de colza ,p.ex, dans l'environnement.

Si les agressions physicochimiques ne se calment pas, la toux ne se calmera pas non plus.

A force de tousser ,le cheval peut se causer des lésions pulmonaires: l'air qui arrive avec violence dans la cage thoracique alors qu'il n'y a rien à évacuer ,arrive a faire exploser des alvéoles pulmonaires.

C'est l'EMPHYSEME PULMONAIRE.

Le poumon étant pourvu de millions d'alvéoles, l'emphysème ne se produit pas très rapidement mais au fil des années et des épisodes de toux.

C'est pourquoi, j'ai dit que le cheval "faisait" (au sens de le fabriquer)de l'emphysème.

Mais sans traitement ou arrêt des phénomènes de toux, l'emphysème peut finir par exister réellement et cela entraîne une pathologie irréversible pour le cheval.

Lire la suite